Accueil Historique Plan et carte souvenirs Photos Recettes La plaque Nouvelles Aïn-makhlouf aujourd'hui voyage à Aïn Makhlouf Liens Les regroupements courrier

 

    La Plaque  

 

Du village de Renier, en Algérie, au village de Marmont-Pachas dans le Lot-et-Garonne:
 
Le long périple de la plaque du monument aux morts 

Cliquer sur la photo pour l'agrandir

      plaque.jpg (31286 octets)                                                     wpeC.jpg (41387 octets)                           wpe9.jpg (20748 octets)                            wpe3.jpg (25990 octets)

               La plaque dans l'église de Renier (Photo C. Baudet)                                            maintenant à Marmont-Pachas

 

   Si vous voulez savoir comment se déroule la cérémonie: 

cliquez ci-dessous et regardez la vidéo de cette matinée du 11 novembre 2014

http://youtu.be/md9S6KeqYks

 

      cérémonie du 11 novembre 2014:   cliquez ici

 

      cérémonie du 11 novembre 2015:  cliquez ici

 

cérémonie du 11 novembre 2016

 

La cérémonie du 11 novembre a bien eu lieu devant la plaque du monument aux morts de Rénier. 

Cette année les photos ont été prises par Jocelyne et par Guillaume le petit-fils de Paule Drouet car Paul, mon mari , grippé, n'a pas pu venir .

Il faisait froid comme vous pouvez le constater sur les photos ! Mais nous avons eu beaucoup de plaisir à nous retrouver . Il y avait Arlette et Hervé , Jocelyne ,Annie et Christian Baudet et Daniel le fils de Paule Drouet et moi-même bien sûr . Comme tous les ans nous avons terminé par un bon repas au restaurant .

A l'année prochaine si Dieu veut !

 

                                           

 

   
 
 
 
 
 
 
  11 novembre 2010
 
Depuis l’an 2000 , chaque 11 novembre quelques rénéens et les "pieds-noirs" du Lot-et-Garonne se réunissent devant l’église de Marmont Pachas où se trouve, sous le porche, la plaque du monument aux morts de Renier .
 
L’histoire du cheminement de cette plaque est si exceptionnelle qu’elle mérite d’être racontée et rappelée chaque année.
 
Renier était un petit village de quelques 7000 habitants dont environ 250 européens, village situé dans le département de Constantine en Algérie . Sur l’un des murs intérieurs de son église était scellée , depuis les années 20, une plaque en marbre sur laquelle étaient portés les noms des enfants du village tombés au champ d’honneur. Cette plaque y est restée jusqu’en 1962, date de l’indépendance de l’Algérie. Tous les renéens sont partis en laissant derrière eux, non sans tristesse, les témoins du passé, dont la plaque.
 
 
Fort heureusement, à l’instigation de l’évêché de Constantine, un délégué, M.Thuiller, fut désigné pour faire l’inventaire des églises du secteur. Le jour où il se présenta au village de Renier, accompagné d’une autre personne, il découvrit cette plaque et, très ému, décida de la prendre pour la sauver d’une destruction inévitable. La plaque se retrouva donc pour un temps à Constantine avant de suivre M.Thuiller, à Nice, où elle demeura plusieurs années dans sa villa.
 
 
Un beau jour de 1988, alors qu'il se promenait sur la promenade des Anglais, Monsieur Thuiller fit la connaissance de Louis Payan. Ils sympathisèrent et au hasard d'une conversation sur leurs souvenirs d'Algérie Monsieur Thuiller confia à Louis Payan qu'il avait ramené en France la plaque du monument aux morts d'un village du Constantinois. Quelle ne fut pas la surprise de Louis lorsqu'il apprit qu'il s'agissait de la plaque de Rénier, son village natal!  Autre coïncidence, la soeur de Louis Payan, Juliette Ghristi, qui tenait avec son mari à Constantine "la brasserie du Phénix", avait son domicile juste en face du "médecin du vêtement",commerce tenu par Monsieur Thuiller. Ils se connaissaient seulement de vue. Monsieur Thuiller rendit visite à Juliette Ghristi dans son magasin de vaisselle et électroménager situé rue Bonaparte à Nice. Ils évoquèrent de nombreux souvenirs et vinrent également à parler de la plaque. Monsieur Thuiller proposa de la leur donner et c'est Louis Payan qui, après avoir contacté son frère Gérard qui lui dit être intéressé, recueillit la plaque chez lui. Son frère la récupéra quatre ans plus tard lors d'un voyage à Nice et la monta chez lui à Voiron où elle séjourna jusqu'en 2000.
 
 
En Mai 2000 un regroupement de tous les rénéens fut organisé à l’initiative de trois anciens de Renier, Sabine Couder et  Christian et Jocelyne Baudet . Ce regroupement qui eut lieu à Port Leucate se fit au sein de l’association « Guelma 89 » présidée par M. Zara. Ces premières retrouvailles se firent dans un climat d’intense émotion, émotion qui fut à son comble quand Gérard Payan arriva avec la plaque du village. Celle-ci, exposée contre un mur, participa aux joies des retrouvailles mais quand vint l’heure du départ, la question de son sort se posa avec d’autant plus d’acuité que les rénéens étaient maintenant éparpillés dans toute la France . La garder encore dans un garage ? Nul n’y pensait…
 
 
            C’est alors que Mme Paule Drouet apparentée à la famille Payan de Rénier eut l’idée de la faire placer sous le porche de l’église de Marmont-Pachas, commune dans laquelle elle résidait, de manière à en faire un lieu de recueillement et de souvenir pour tous les rénéens et les pieds-noirs des alentours. Elle en fit la demande officielle auprès du maire, M. Labadie, et le conseil municipal de Marmont-Pachas accepta d’accorder l’hospitalité à cette plaque.
 
 
 Mme Paule Drouet organisa son installation, avec l’aide de l’association des pieds-noirs du Lot-et-Garonne, à Marmont-Pachas et, le 11 Novembre 2000, l’inauguration fut faite. La plaque se trouve désormais , bien à l’abri , sous le porche de la petite église au milieu du cimetière du village.
 
 
Plusieurs rénéens reposent dans ce cimetière dont, par le fait d’un dernier hasard, l’épouse de l’un de ceux qui figurent sur la plaque.
Mais peut-on parler de hasard ?
 
 
 
Que tous ceux qui ont participé au sauvetage et à la renaissance de cette plaque soient ici chaleureusement remerciés avec une pensée toute particulière pour M.Thuiller, aujourd’hui décédé, qui a ramené la plaque en France et pour M. Labadie, maire de Marmont-Pachas, qui lui a permis de retrouver une place digne de son histoire. Bien que n’étant pas directement concernés par cette plaque, ils ont été sensibles à l’importance qu’elle pourrait avoir pour des rapatriés en recherche de repères.
 
 

Inauguration de la plaque en 2000

 

Cérémonie du 11 novembre 2007: la tradition se maintient et c'est aussi l' occasion de se rencontrer entre rénéens    

      

Sabine et Monsieur Labadie, Maire de Marmont Pachas       Christian dépose la gerbe du souvenir                                                                      Henriette et René

     

           Hervé et Béatrice, fille d'Arlette                                                            Annie et Christian                                                                      Joseph, Laurent et Nanette

           

                                                          Arlette et Jocelyne                                                                                            Hervé, Claude et Paul

 

 

Quelques photos des années précédentes:

       

 Dans l'église de Marmont Pachas.                             Monsieur le Maire lit le discours du Ministre  (2006)               Quelques Renéens   (2005)
Madame Portelli est présente cette année (2005)

 

 11novembre 2008

     

                                              Annie, Auguste , Sabine, Christian,Guy, Madée et Hubert , Joseph, René, Laurent

,

       

 

11 novembre 2009

      Il n’y a pas de photos cette année pour rendre compte de la cérémonie du 11 novembre 2009.  Paul a perdu récemment son appareil photographique en Jordanie et Christian n’était pas là car exceptionnellement retenu avec Annie par leur cure thermale.
      Dommage car il y a eu de bons moments au cours de cette journée…
      D’abord la cérémonie devant la plaque dirigée par Mr Labadie  maire de Marmont-Pachas avec, cette année, beaucoup de fleurs puis la seconde cérémonie au monument aux morts de Marmont-Pachas …Monsieur Labadie a déposé une gerbe , aidé par ses deux petits-fils , et ce moment très émouvant aurait vraiment mérité une photo !
      Après l’apéritif offert par la municipalité, nous sommes allés dans un restaurant à Agen où nous avons passé un excellent moment entre renéens. Nous étions  onze …Laurent Cassar et son fils, Joseph Cassar, Nanette Cassar et sa fille, René Sciberras, Arlette, Hervé, Paule Drouet toujours en super forme et Paul et moi.
      Nos conversations ont bien évidemment tourné autour des souvenirs …et des nouvelles échangées.
En conclusion, une bonne journée, chaleureuse et amicale à laquelle il manquait juste un peu de notre soleil car il a plu presque sans arrêt.
 
Rendez-vous, l’année prochaine, même jour, même heure 10h30 et même endroit , sous le porche de cette magnifique petite église de Marmont-Pachas.
 
                      Sabine 
 
 
  11 nov 2010 à Marmont Pachas

 

    Paule Payan-Drouet

   (nous ne savions pas alors que nous ne la reverrions plus....)

lecture du Discours du Ministre par Mr le Maire et Christian   Nous étions peu nombreux cette année, mais le cœur y était.....

 

 

 

  regroupement 2013:

 X              
11 novembre 2013
A nouveau et comme le veut maintenant la tradition nous nous sommes retrouvés devant la plaque du souvenir à Marmont -Pachas.
Sabine et Paul, Arlette, ses filles (ici Béatrice) et petits enfants, puis Hervé, Christian et Annie, ont répondu présents.
Monsieur Labadie, Maire de Marmont-pachas, et son conseil municipal ont présidé à la cérémonie qui, une fois encore, fut émouvante. Rénier est loin dans l'espace et dans le temps, et présent à la fois, dans nos cœurs....
Ce fut aussi pour les présents l'occasion de se recueillir sur les tombes de leurs familles (Payan, Saint Pierre) qui reposent dans ce cimetière.

       

                  

         

 

  Cérémonie du 11 novembre 2014

Nous sommes de moins en moins nombreux à assister à cette cérémonie de souvenir et de recueillement devant la plaque dédiée aux enfants de Rénier morts pour la France durant la "grande guerre".

L'âge, les douleurs qui y sont liées, la disparition de nos chers anciens en sont la cause.

Mais il faut bien constater que la nouvelle génération ne prend pas le relais,  faut-il le regretter?

 

Comme toutes les années monsieur le Maire de Marmont Pachas et ses adjoints ont  présidé la cérémonie. La plaque est à une place d'honneur, fleurie toute l'année par la municipalité.

Une affiche sous plastique, posée bientôt à côté de la plaque, expliquera l'histoire de celle-ci, c'est une façon de perpétuer le souvenir.....

 

 

cliquez ci-dessous et regardez la vidéo de cette matinée du 11 novembre 2014

http://youtu.be/md9S6KeqYks

 

11 novembre 2015               

      

Soyez rassurés amis de Rénier, une délégation était à nouveau présente sur la plaque érigée en souvenir des enfants de notre village. Nous n'étions pas nombreux mais toujours aussi fidèles. Nous avons eu une pensée pour tous ceux qui n'ont pu être présents et pour tous ceux qui ne le seront jamais plus.....

Il est souvent demandé à Monsieur Labadie, Maire de Marmont Pachas, la signification de cette plaque commémorative. En réponse nous avons fait faire une plaque explicative qui a été apposée à la première. Cette année nous l'inaugurions. En voici le texte :

 

Cette plaque commémorative était scellée depuis 1920 sur l’un des murs intérieurs de l’église de Rénier, petit village situé dans le département de Constantine en Algérie.

 

En 1962, date de l’indépendance, elle fut rapatriée et a séjourné chez des particuliers à Nice puis à Voiron. En 2000, elle trouva sa place, ici, à Marmont Pachas auprès de nombreux habitants de Rénier inhumés dans ce petit cimetière.

 

Que tous ceux qui ont participé au sauvetage et à la renaissance de cette plaque soient ici chaleureusement remerciés, et tout particulièrement  Mme Paule Drouet, ancienne de Rénier, et M. Labadie, maire de Marmont-Pachas. Sensibles à l’importance qu’elle pourrait avoir pour des rapatriés en quête de repères ils lui ont ainsi permis de retrouver une place digne de son histoire.

 

Son long périple, émaillé de nombreuses coïncidences, peut être consulté sur le site internet du village de Rénier.